"Le programme économique du FN est faible, imprécis et incohérent"

Publié le par MoDem

004-copie-1

 

   Dans une tribune publiée par Valeurs Actuelles, Robert Rochefort démontre "l'incohérence" et "l'irréalisme dangereux" du programme du Front national.

"Depuis des années, médias et hommes politiques multiplient vociférations, imprécations et mises en garde contre le FN… On ne se commet pas avec le diable ! À l’évidence ces gesticulations n’ont pas détourné les électeurs du vote FN.

On évoque le droit d’inventaire pour l’action passée de l’UMP. Je réclame le droit d’expertise sur la future action éventuelle du FN.

Le programme économique du FN est faible, imprécis et incohérent. Il s’agit seulement de séduire.

Sans aucun doute, la sortie de l’euro déclencherait une dévaluation massive suivie d’une inflation qui ferait chuter considérablement le pouvoir d’achat. Sans aucun doute, le rétablissement de barrières douanières censées limiter les importations, se traduirait inévitablement par de fortes représailles sur nos exportations. La France, 4ème pays exportateur se retrouverait avec, à la fois, des surcoûts pour s’approvisionner et de lourdes pertes de commandes pour des myriades de PME dont  le FN se proclame pourtant l’ardent défenseur. Appauvrissement général, dévaluation des actifs, chômage abyssal… tel serait le prix à payer.

À y regarder de près, le programme du FN est bien différent de ce qu’il fût. Il se caractérise par un syncrétisme très particulier.  S’il reste imprégné de valeurs de droite, il retient aussi de la  gauche la plus dure, des propositions très dépensières. On croirait entendre J. L. Mélenchon avec la demande d’une augmentation de 200 € de tous les salaires inférieurs à 1.500 € ou la CGT lorsque Marine Le Pen propose le retour de la retraite à taux plein dès l’obtention de 40 annuités avec départ ramené à 60 ans.  Ces promesses sont destinées à séduire  l’électorat ouvrier abandonné par une gauche traditionnelle incapable de faire sortir le pays de la crise.

Lorsqu’il s’agit d’augmenter les dépenses publiques le FN n’est pas en reste. Exemple: il promet la réalisation d’un deuxième porte avions et dans la foulée une revalorisation du budget du ministère de la défense. Quant à la création de 40.000 places de prison, leur coût est bien sûr très substantiel. Là, c’est l’électorat populaire demandeur d’autorité et de répression, que souhaite flatter le FN. La restriction des prestations d’assistance versées aux étrangers serait bien loin de compenser ces charges supplémentaires. Selon les instituts, le coût pour l’économie française de ces mesures dépasserait 40 milliards d’euros.

Jadis d’inspiration libérale, ce programme ne répond à aucune cohérence. Il est la juxtaposition de mesures démagogiques, prenant à contrepied tout ce que la technocratie de droite ou de gauche propose presque à l’identique, sans convaincre. Car, s’il existe bien une pensée unique "énarchique", elle ne parvient pas vraiment à s’imposer tant sa déconnection avec la réalité est flagrante. Et c’est là que réside la faille dans laquelle le FN s’engouffre. Face aux échecs répétitifs de l’UMP et du PS, pourquoi ne pas essayer une autre voie, à tout hasard ? Qu’avons-nous à y perdre réellement ? Puisque les "réalistes" n’y arrivent pas, pourquoi ne pas tester autre chose ? Face à la complexité du monde qui impose des idées justes et un grand équilibre dans leur application le FN laisse croire que le bon sens supposé et le simplisme sont la solution. Il confond le rêve - ou le cauchemar ?, à chacun de choisir - avec la réalité.

Certes, il est urgent de proposer autre chose, mais sans sombrer dans l’irréalisme dangereux du FN. Oui, il faut  restaurer la production nationale. Cela est possible mais  doit se faire par un soutien coordonné aux PME sans fermer les frontières  car les entreprises ont besoin d’exporter. En revanche, l’application de "mesures de réciprocité", contrepartie au dumping d’autres régions du monde, doit être instituée aux frontières de l’Union afin de préserver le développement des échanges en son sein. Ce n’est,  aucunement  du protectionnisme, c’est juste mettre fin à une naïveté coupable.

Affirmons également qu’il est possible pour de dépenser moins et de rendre un meilleur service aux citoyens  simplement en fusionnant les départements et les régions.

Osons dire qu’il faut s’interroger sur les prestations d’assistance et qu’à un devoir d’aide par l’État doit répondre un devoir d’effort, d’insertion, de la part des bénéficiaires. Il ne s’agit pas de punir, mais de responsabiliser. Démontrons que si "trop d’impôt tue l’impôt", il est vrai aussi que "trop de loi tue la loi". Lorsque les codes sont inapplicables car excessivement compliqués et en perpétuel changement - travail, ouverture des commerces… - c’est l’insécurité juridique et la menace des contrôles subjectifs qui s’imposent.

Faisons le sans chercher de bouc-émissaire, dans la concertation, la transparence et le rassemblement

Le FN progresse à cause de l’incurie de la classe politique au pouvoir depuis trop longtemps. Il fait son miel d’un régime partisan dans lequel les alternances successives ne proposent aucune alternative réelle. Il est urgent d’en construire une nouvelle, mais de nature réformiste."

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article